droit de réponse 

 

 

 

Ce site vise à éclairer une vérité curieusement travestie, et rétablir l’honneur d’un homme, injustement calomnié, qui ne pouvait pas répondre à ses accusateurs, puisque décédé d'un cancer en avril 1996, bien avant les procès de l'OTS.

 

 

Notre objectif n’est pas de défendre l’indéfendable ou des mouvements sectaires qui n’ont aucune justification, mais celui du « droit des personnes » dans une société du 21ème siècle, respectueuse « des droits de l’homme ».

 

La tragédie de l’Ordre du Temple Solaire est inacceptable, et nous partageons l’immense peine des familles des victimes. Des mesures indispensables doivent bien sûr être prises pour protéger les personnes des mouvements sectaires dangereux

 

Toutefois, la  recherche de la vérité dans une affaire pénale doit se faire dans la  sérénité, avec loyauté, rigueur et probité. Ce ne fut pas le cas de l’instruction de l’affaire de l’ OTS. Trop d’intérêts furent en jeu.

 

À tout le moins devions-nous opposer la simple vérité des faits à une communication orchestrée d’accusations sans fondement. Chacun pourra ainsi librement se faire sa propre opinion.

 

 

______________________________________________________________________

 

 

Affaire de L’OTS

 

Il n’est pas nécessaire de présenter beaucoup d’éléments pour démontrer que la mise en cause de Jacques BREYER, dans la tragédie du Temple Solaire, ne reposait sur aucun fondement. Force est de constater que cette affaire eut des dessous et des dessus.

 

La mise en cause à son endroit fut fondée sur la technique de la « suggestion hypothétique » d’autant plus aisée que Jacques Breyer, alors décédé, ne pouvait répondre à ses accusateurs, et que sa famille s’est vue refuser le droit d’être Partie civile. ( il n'y eut donc pas de contradictoire: ce qui est pourtant le fondement de la justice pour la recherche de la vérité ! )

 

En général, le public a un profond respect pour les experts, même s'il ignore par qui et pourquoi ils ont été nommés. Une opinion ( fut-elle même celle d'un expert ) n’est ni une preuve, ni un critère de probabilité de son exactitude. C'est d'ailleurs pour cette raison que les experts ont un devoir de réserve pendant l'instruction judiciaire. 

 

Malgré cela, nous assisterons pendant la procédure à la publication de l’opinion des deux « experts du dossier », à grands renforts de rappels de leur titre d’expert et cette regrettable tendance à vouloir se substituer aux juges. Ils tenteront d'accabler Jacques BREYER, en lui attribuant un rôle qu’il n’a jamais eu dans ces organisations et des textes dont il n’est pas l’auteur.

 

Leurs propos seront alors recopiés par la presse comme des vérités absolues, avec pour seul argument le rappel de leurs titres d’experts judiciaires… Ainsi fut orchestrée la répétition du message et exhibé ( sans risque ) un mort, prétendument responsable.

 

Le premier expert, qui eut un rôle majeur dans l’enquête, puisqu’il cumula à la fois les fonctions de : témoin, enquêteur, journaliste et « expert historique et ésotérique du dossier », fut même révoqué de la procédure, et condamné pour diffamation envers Jacques BREYER par le Tribunal de Grande Instance de PARIS, suite à la publication intégrale de son expertise judiciaire pendant la procédure. Cet expert n’a même pas pu bénéficier de la bonne foi, puisqu’il fut incapable de présenter la moindre preuve pour étayer ses affirmations gratuites et mensongères.

 

Quant au second Expert, qui n'a pas résisté non plus à la tentation de publier pendant la procédure, il n’a pas été suivi par les magistrats dans ses analyses :

 

- Concernant le prétendu rôle de Jacques Breyer dans ces organisations, force est de constater que son nom ne figure dans aucune archive de ces mouvements, pas même sur un fichier de membres, ni sur le registre de présence d’un seul de leurs événements, et cela, sur plus de 50 ans !?… S’il avait eu la moindre influence, même extérieure, les membres de ces groupes n’auraient-ils pas mentionné au moins parfois son nom dans leurs procès verbaux internes ? Ne se seraient-ils pas au moins référés à ses œuvres dans leurs comptes-rendus de réunions ? Or il n’est jamais cité dans le moindre de leurs documents et courriers internes !

 

- De plus, nulle part dans l’œuvre de Jacques Breyer, il n’est mentionné la notion de « SIRIUS ». Bien au contraire, l’idée du suicide ou celle d’une invraisemblable évasion dans un autre monde est absolument incompatible avec ses écrits et ses prises de position publiques.

 

- De façon totalement arbitraire, Jacques BREYER a été affublé d’un titre de « Maître secret »,  qui permettait d’affirmer n’importe quoi à son propos, avec pour principale référence des témoins n’ayant pas été présents aux évènements au sujet desquels ils témoignaient, et  qui se limitaient à répéter des rumeurs infondées ! 

 

- Par ailleurs, contrairement à ce qu’on a pu lire ici ou là : Jacques Breyer ne fut ni le fondateur de l’OSTS, ni celui de l’ORT, ni celui de l’OTS. Bien au contraire, ces mouvements ont été fondés en dehors de lui et sans qu’on lui demande son avis !

 

Répétons-le : Homme libre, Penseur indépendant, Jacques BREYER a toujours refusé d’appartenir à quelque organisation que ce soit, et encore moins, d’avoir le moindre rôle dans ces mouvements qui se sont construits en dehors de lui. Pour lui, l’époque des ordres constitués était révolue, et le travail devait surtout être intérieur et personnel : « la vraie Tradition se nourrit de l’Esprit ; et les fausses traditions, caricaturant ce qui fut se partagent les restes ».

 

- Concernant les conférences données en Suisse à l’OTS, on constate que beaucoup de personnalités, notamment scientifiques, vinrent en toute bonne foi donner de nombreuses conférences, accordant à leur insu du crédit aux dirigeants de cette organisation. Jacques Breyer quant à lui n’y est intervenu que très peu : il ne fut invité que 6 fois seulement, et 8 ans avant le drame ! ( 2 fois par an de 1983 à 1986 ) Comment dès lors oser faire croire qu’il y aurait été considéré comme un conférencier majeur qui aurait inspiré des thèses aberrantes, alors qu’elles étaient littéralement contraires à ses propres écrits ?

 

______________________________________________________________________

 

 

A chacun le soin de se faire sa propre opinion… mais à tout le moins, nous tenions à ce droit de réponse, sans intention polémique.

 

 

Les publications sur cette affaire, écrites dans le feu de l’actualité, pour en tirer profit commercial, ne furent souvent que des copies et des recopies les unes des autres, agitant des hypothèses, jamais validées ni prouvées par le moindre document.

 

______________________________________________________________________

 

 

 

TINTIN AU PAYS DE LA CALOMNIE

 

 

ou « Comment profiter d’un succès commercial en faisant dire n’importe quoi  à ce pauvre Hergé »

 

Des « Tintinologues » et « prétendus historiens » déclarent et accusent, dans l’album Tintin et les Forces Occultes, qui vient d’être publié en octobre 2013 par Le Temps et Historia, sous la signature de l’auteur Simon Veille, que :

 

"... Il ( Di Mambro ) rencontre Jacques Breyer, un illuminé qui jouera un rôle central dans la doctrine de l'OTS et qui fonde en 1958, avec Raymond Bernard et Vincent Planque, la loge Opéra. Cette dernière est dite "opérative", car son but est d'entrer en contact réel et direct avec l’au-delà ! Breyer publie "Arcanes solaires ou les Secrets du Temple solaire", en 1959, et " Clés opératives vérifiées ", en 1994, quelques jours après le massacre en Suisse !"...

 

Bref,  un amalgame et  des affirmations gratuites, fondées sur rien.

 

Scout catholique belge, Hergé qui nous a quitté en 1983 ne pouvait à l’évidence faire un si piètre reportage avec Milou sur les massacres de l’OTS de 1996…

 

— Interview d'Hergé : « Il y a certes des quantités de choses que mes collaborateurs peuvent faire sans moi et même beaucoup mieux que moi. Mais faire vivre Tintin, faire vivre Haddock, Tournesol, les Dupondt, tous les autres, je crois que je suis le seul à pouvoir le faire : Tintin c'est moi, exactement comme Flaubert disait "Madame Bovary, c'est moi !". »

 

L’auteur de ce passage réservé à l’OTS, a occulté, que cette affaire a eu un jugement définitif, dégageant Jacques Breyer de toute responsabilité dans cette tragédie et de toute participation avec quoique ce soit « d’illuminé » comme certains, mal intentionnés, auraient souhaité lui faire porter la responsabilité pour détourner celle des vrais responsables qui ont eu des rôles majeurs dans cette organisation.

 

Curieusement l’auteur s’octroie le droit de minimiser le rôle de personnes vivantes voire de les blanchir tandis qu’on les retrouve dans tous les évènements de cette organisation et d’exhiber à leur place des morts qui ne peuvent lui répondre tandis qu’ils ne furent pas même « membres » de cette organisation.

 

Jacques BREYER n’est absolument pas : « une figure emblématique qui a marqué cette histoire du paranormal ou des extraterrestres »…

 

Nous ne pouvons pas laisser dire de telles contrevérités :

 

1- Jacques Breyer n’a jamais fondé la Loge Opéra, il suffit de se référer aux documents  juridiques officiels de cette Loge très connue pour constater que son nom n’apparaît nulle part dans la création de cette organisation.

 

Force est de constater que l’auteur n’a fait aucune recherche pour écrire cette affirmation  gratuite.

 

Jacques Breyer n’a eu aucun rôle à l’OTS, son nom n’apparaît dans aucun document de cette organisation et/ou associations liées ni sur un plan juridique, pas même comme membre.

 

2- Quant aux conférenciers de l’OTS, force est de constater qu’ils furent fort nombreux et que l’on y rencontrait de grandes personnalités, notamment de très grands scientifiques qui vinrent de très nombreuses fois.

Leur présence avait un impact considérable sur les adeptes car ils validaient, certes sans le savoir, l’organisation de DIMAMBRO ( un escroc de haute volée qui les a abusés ).

 

Quand ce sont de hautes personnalités ou de grands scientifiques, elles sont victimes d’un escroc ; quand c’est Jacques BREYER, invité comme les autres pour parler de ses ouvrages, on l’exhibe sur des affirmations gratuites, tandis que personne ne peut prétendre l’avoir vu en ces lieux les 7 années précédant la tragédie… ce qui n’est pas le cas de nombre de ces conférenciers.

 

3- Jacques Breyer n’a joué aucun rôle dans la doctrine de l’OTS dont les idées sont à l’opposé de son enseignement.

 

4- Enfin, quant à l’amalgame de l’auteur entre les massacres et la publication d’un ouvrage de Jacques Breyer, il s’agit là, encore, d’affirmations gratuites qui n’engagent que son auteur tandis qu’il fait croire aux lecteurs qu’il s’agit d’un travail rigoureux d’historien.

___________________________

 

Pour se faire à nouveau sa propre opinion, nous vous invitons à prendre connaissance du rapport du CNICNS ( Centre d’Information et de Conseil des Nouvelles Spiritualités, une ONG ayant le statut consultatif à l’ONU ).

                        

Lien

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

____________________________________

 

cas particulier

 

Remarques à propos d’un livre étonnamment partial et contradictoire : « 20 ANS AU SOLEIL DU TEMPLE » de Charles Dauvergne  (2008)

 

Dans ce livre, l’auteur explique avoir passé 20 ans de sa vie à l'Ordre du Temple Solaire et s’octroie paradoxalement le droit de donner des leçons et de désigner des coupables, oubliant que tout ce temps-là il a lui-même assumé des responsabilités officielles importantes à l’OTS, en tant que « Haut Dignitaire » ! Durant toutes ces années, il a même été ordonné « prêtre » au sein de l’ORT, l'Ordre Rénové du Temple : racine de l’OTS…

 

Admettons qu’avec remords il se justifie aujourd’hui, en expliquant que « l'Ordre compensait tous ses échecs et comblait ses désirs existentiels »... !

 

Mais cela ne lui donne pas le droit de se faire passer maintenant pour une victime, et de désigner des personnes qui ne peuvent lui répondre. Ce qui ne peut, en aucun cas, être une manière valable de s’auto innocenter !  

 

N’étant apparemment pas avare de contradictions, l’auteur décrédibilise d’ailleurs ses propres déclarations (lesquelles ne reposent d’ailleurs sur aucune preuve matérielle) à la fin de son livre, en donnant la parole à Nicolas WALSER, un universitaire qui réfute totalement les accusations à l'encontre de Jacques BREYER !?...